peace-now-independence

Il y a 73 ans, en plein combat et à l’aube de bien d’autres conflits, le gouvernement provisoire d’Israël proclamait la création du nouvel état juif. C’était là un geste audacieux, posé par un peuple audacieux et déterminé.

Le document marquant à la base de cette création, la fameuse Déclaration d’Indépendance, apportait une vision vibrante et inspirante de ce qu’allait être ce nouvel état. Le pays devait être un refuge et une mère patrie pour les Juifs, mais aussi “encourager le développement… pour le bénéfice de tous ses habitants.”  Il serait fondé sur les principes de “liberté, de justice et de paix”. Il assurerait “l’égalité totale des droits sociaux et politiques de tous ses habitants, quels que soient leur religion, leur race ou leur sexe…”.

À l’occasion du 73e anniversaire du Jour de l’Indépendance, Israël a beaucoup à célébrer et de grandes réalisations dont il peut être fier, mais il doit également entreprendre une grande introspection. Car comment Israël peut-il se considérer comme une nation fondée sur “la liberté, la justice et la paix” tout en imposant une occupation militaire à un autre peuple ? La vision initiale a été souillée dans cette avancée des partis de droite vers un nationalisme borné.

Cette situation d’occupation est complexe. La responsabilité de trouver une solution viable au conflit avec les Palestiniens ne repose pas uniquement sur les épaules des Israéliens. Mais tristement, il faut admettre qu’Israël ne fait même aucun effort pour trouver une solution. Il va plutôt dans la direction opposée

L’occupation de la Cisjordanie n’a figuré sur aucune plate-forme électorale des récentes élections. Et même si l’on ne parle pas ouvertement d’annexion pour le moment, le concept du Grand Israël est, lui, de plus en plus à l’ordre du jour. La présence de colons juifs en Cisjordanie augmente de jour en jour. La Ligne verte est en train d’être effacée, les besoins des Palestiniens sont bafoués.

Quel genre d’avenir Israël peut-il espérer en tant que puissance éternellement

occupante ? Cette situation intenable commence déjà à désintégrer ;es institutions démocratiques de l’État

C’est là le message que les membres de La Paix Maintenant envoient chaque jour à leurs concitoyens israéliens par tous les moyens à leur disposition, y compris en brandissant leur drapeau de la paix (avec le mot “shalom” au milieu) pendant Yom Ha’atzma’ut.

C’est toute une côte à grimper pour ces peaceniks, mais ils ne se découragent pas. Eux aussi sont audacieux et déterminés.

 Aidez-nous à continuer à les appuyer dans leur lutte.